Les tests de paternité en France

Test parternité.eu Paternité en FranceLes Français ne peuvent effectuer des tests de paternité qu’à travers certains laboratoires agréés. La loi Française est exigeante concernant les tests de paternité. Pour avoir plus d’informations concernant les tests de paternité Français, notre article permettra de mettre en avant les tests d’affiliation entre le père et l’enfant.

Obtenir un test de paternité chez soi :
Recevoir un test ADN rapidement

Légalité des tests de paternité en France

Les tests de paternité en France sont conformes à la loi bioéthique française qui a été promulguée en 1994. Selon le texte de loi pour effectuer une analyse ADN, les parties concernées par le test doivent être consentantes. Ce qui enfreigne cette loi encourt 15 000 € d’amende.

Test parternité.eu Paternité en FranceComment  effectuer un test de paternité en  France?

Comme c’est le cas pour les autres tests de paternité étrangers, pour faire un test de paternité dans l’hexagone, vous devez prélever un échantillon d’ADN grâce à un kit d’analyse spécial conçu spécialement pour le frottis buccal. Une fois ce petit geste effectué, envoyer l’échantillon d’ADN au laboratoire qui vous a envoyé le test d’affiliation. Les kits sont composés de deux ou trois cotons permettant de collecter les muqueuses buccales (salive). Envoyez-le tout en prenant soin de prendre un échantillon d’ADN pour l’enfant et le père présumé.

Test parternité.eu Paternité en FranceUne alternative au test de paternité en France

Les laboratoires d’analyse étrangère sont de plus en plus suscités par les pères français qui n’hésitent pas à envoyer un échantillon de cheveu, de salive ou d’ongle accompagné de leur propre échantillon. Ces laboratoires effectuent l’analyse dans leur propre laboratoire moyennant une centaine d’euros. Une enquête a révélé qu’il y a entre 10 000 et 15 000 Français qui optent pour des tests via internet.

Les restrictions des tests de paternité en France

Les tests de paternité en France sont interdits dans certaines circonstances. Ainsi, la France autorise ces tests que :

  • Lors des recherches scientifiques ou médicales
  • Lors d’une instruction judiciaire ou d’une enquête
  • Dans l’établissement ou la contestation d’un lien de filiation
  • Dans l’identification d’un militaire décédé au cours d’une opérations armées

Les commentaires sont fermés.